Le lundi 23 novembre, la ville de Lyon fait face à une pollution de l’air. La situation ne semble pas vouloir s’améliorer, mais plutôt empirer de jour en jour. Il faut donc s’attendre à passer la semaine sous des particules fines dans l’agglomération lyonnaise.

Lyon, en plein épisode de pollution

Depuis lundi, Lyon est sous un tournant de particules fines qui polluent l’air. Une situation qui s’est surtout manifestée au centre de la ville. Il s’agit d’une situation à risque moyen, mais qui n’est pas à ne pas prendre à la légère comme le souligne l’observatoire agrée de l’Atmo Auvergne–Rhône-Alpes. Dès que ce dernier à constater la situation, il a recommandé aux Lyonnais d’être vigilants. Il faut savoir que cette pollution est de taille. Sur une échelle de pollution de 0 à 100, 0 étant une très bonne qualité et 100 la plus mauvaise, le pic de lundi est 93 et de mardi est à 92.

Les causes de cette pollution

Il y a plusieurs causes qui peuvent expliquer cette concentration de pollution dans l’agglomération lyonnaise. Pour les particules, la cause primaire est sans aucun doute la pollution provoquée par les moyens de transport. On peut également mettre dans le même panier la pollution industrielle et le chauffage. Avec l’absence de vent, le temps froid et sec actuel de Lyon, les particules ne sont pas éparpillées et stagnent au-dessous de Lyon. C’est dans le bassin lyonnais-Nord Isère que cette pollution prend place. Son champ d’action grandit peu à petit à mesure que le temps passe.

Pollution en continu et recommandation

Étant donné que les conditions météorologiques restent inchangées, cette pollution risque de s’éterniser pendant encore une durée indéterminée. Face à cette situation, le préfet de la région Auvergne–Rhône-Alpes et du Rhône met une alerte « information/recommandation ». Cela signifie que pour l’heure, aucune mesure contraignante n’est encore prise. Toutefois, il est recommandé d’adopter un comportement responsable. En pratique, il faut limiter la vitesse à 20 km/h et les déplacements sur les grands axes routiers. Pour les personnes sujettes à des troubles respiratoires, la consigne est de limiter les pratiques sportives intensives en plein air.

Laissez un commentaire