On a semblé l’oublier dernièrement, pourtant il s’agit d’un fléau qui touchent encore plus de victimes que les pandémies virales, que les guerres, que le sida ou le tabagisme. Il s’agit du fléau qui sévit vraiment sur des personnes particulièrement vulnérables et sensibles : la pollution de l’air. Mais qui sont, en réalité les personnes les plus touchées par ce fléau ?27

Les personnes âgées et les enfants en bas âge

Les enfants en dessous de trois ans n’ont pas encore fini de développer leur appareil respiratoire à cette époque de la vie. S’ils sont constamment exposés à la pollution de l’air pendant cette période, ils encourent de graves dangers, en l’occurrence de graves maladies respiratoires qui risquent de laisser des séquelles, ou de les tuer.

Les personnes âgées. C’est à peu près la même chose pour les personnes de plus de 65 ans, qui risquent de mourir tôt à cause de la pollution atmosphérique. Tout cela, car elles ont la capacité et les moyens de défense respiratoires réduits. Les chiffres sont alarmants : près de 75 % des morts chez les vieilles personnes sont dues aux risques des accidents cardiovasculaires ou aux maladies respiratoires provoquées par la pollution.

Les sportifs et les travailleurs

Les travailleurs constituent également les personnes les plus touchées. Beaucoup de personnes qui travaillent dans des manufactures ou des laboratoires divers présentent des risques de maladies respiratoires et d’accidents cardiovasculaires assez élevés.

Les sportifs. Chez eux, la ventilation pulmonaire s’augmente pendant l’effort physique et ainsi le poumon souffre énormément du manque d’air propre. Cela augmente énormément les risques d’accident cardiovasculaires. Nombreux sont les sportifs qui s’écroulent, terrassés, ou meurent en plein entrainement.

Les femmes enceintes et les personnes souffrant de maladies respiratoires

Les femmes enceintes. Les risques chez elles sont multiples, puisque ceux-ci ne concernent pas qu’elles, les bébés ou les fœtus aussi encourent de graves dangers avec l’air pollué.

  • Des troubles génétiques chez le fœtus peuvent survenir et laisser des séquelles sur l’ADN du bébé. Ainsi, il ne se développera pas normalement, soit mentalement, soit physiquement.
  • Selon les études, la pollution serait à l’origine de plus de 70 % des morts in utero ou prématurées.
  • Et enfin, les troubles neuro psychologiques de la petite enfance seraient aussi dus aux expositions de la mère à un environnement pollué.

Les asthmatiques. Avec les personnes souffrant de maladies respiratoires, eux aussi sont rudement touchés par l’air pollué.

En somme, personne n’est pas vraiment épargnée : presque tout le monde de toutes les tranches d’âge peut être victime de la pollution, et est tenu responsable de respecter et protéger notre environnement. Oui, tout le monde.

Laissez un commentaire